Quelques pistes pour le développement du cinéma

  • Pour investir les jeunes dans le processus de diffusion et d’animation du cinéma, on pourrait leur proposer une programmation collaborative pour une séance hebdomadaire le mercredi après midi. (seul créneau très ouverts pour eux).
  • Développer des passerelles avec tous les acteurs locaux de l’Auxois : l’école de musique, le théâtre, les scènes locales de musiques vivantes, les musées de la région, le monde du sport, le patrimoine, les commerçants. surtout le sport. la frontière sport/culture peut-être ouverte. Le cinéma doit être au centre de la vie culturelle et sociale de Semur et de l’Auxois.
  • Concernant les films, ce serait gagnant d’assouplir le processus de programmation des films pour garder à l’affiche des films qui marchent sur la semaine suivante ou en changer quand c’est nécessaire.
  • Je crois dans l’éditorialisation des séances (avec des labels plus variés encore que le « coup de coeur du cinéma » ou « séance famille »). Par exemple, quand on programme un film hors norme, un label « curiosité » (nom à inventer) afin que le public vienne pour le rendez-vous sans connaitre forcément le film qui va être projeté.
  • Pour les enfants, on pourrait aussi créer des rendez vous avec des animateurs. Avec un abonnement au trimestre. Un film/atelier par mois pendant trois mois.
  • Il y a assez de spectateur dans le bassin de l’Auxois pour remplir plus de séances. Il faudrait faire une étude financière de l’impact d’augmentation des séances hebdomadaire afin que le public ait moins le sentiment de « zut, j’ai loupé la séance ».
  • Réfléchir à ce que les exploitants appellent le « Hors Cinéma » et ouvrir les écrans du cinéma à la diffusion d’autres programmes. Sport, expositions virtuelles, opéras, oeuvres audiovisuelles de télévision, séries, documentaires. L’expérience de la salle obscure, du grand écran, du son de qualité et des émotions collectives donnera envie à ces spectateurs d’aller ensuite voir un film.
  • Pour accentuer le lien avec les écoles, collèges et lycée de l’Auxois ça vaudrait le coup de réfléchir à finançer des places de bus par les ventes des affiches. En communiquant sur l’aspect caritatif de la démarche : Pour 10 euros, vous achetez une affiche et 5 places de bus pour les enfants de la région. C’est pas évident pour les familles des campagnes de payer le bus plus une place de cinéma. Et les caisses des écoles n’ont pas les moyens non plus. Cela va apprécier l’image du cinéma dans les campagnes et ajouter encore des entrées. L’éducation populaire fera son chemin.
  • Le cinéma pourrait porter chaque année un atelier d’éducation à l’image en partenariat avec la DRAC.
  • Moderniser la communication afin de promouvoir les films et le cinéma, en direction de tous les quartiers de la ville, de façon lisible et réactive. Afficher en digital à Champlon, afficher à la Sauciotte. Pour les jeunes et les moins jeunes, l’image du cinéma que ce soit dans les éléments de communication, que ce soit à l’accueil ou dans la salle, ça représente beaucoup de nos jours. Ca vaudrait le coup de mettre un coup de neuf. Et aussi revoir la présentation d’avant programme pour la rendre plus harmonieuse.
  • Puisque le projecteur 35 ne peut plus être utilisé dans la salle, on pourrait s’en servir pour créer un « Cinema Paradiso » de l’Etoile Cinéma. Aller dans les villages et y organiser des séances itinérantes. Aller à la rencontre des spectateurs pour leur redonner le goût de la salle obscure, leur faire vivre l’expérience d’une émotion collective. Faire vibrer petits et grands devant la magie du cinéma.
  • En attendant la nouvelle salle, il faut revoir la distribution de l’existant. Sans trop de frais, on peut tout de même moderniser le site actuel. Et pourquoi pas trouver un accord avec la salle de réception de l’hôtel voisin (que nous avons utilisé pendant le festival) pour créer dès maintenant un foyer pour accueillir le public et boire un verre après les séances.

Une nouvelle salle ?

Pour répondre à l’usage contemporain du cinéma et nous tourner vers l’avenir, il faut un outil moderne et plus grand. Mais il faudra le faire d’une façon raisonnée. La situation économique n’est plus propice à un bâtiment flambant neuf.

Il faut réfléchir à un projet en accord avec la nouvelle donne économique et environnementale : Soit valoriser un bâtiment existant, soit agrandir le site actuel. Plusieurs solutions sont possibles à Semur. Il faudrait établir une présentation exhaustive et lancer une consultation des habitants de Semur et du Pays de l’Auxois. Cette démarche est de nature à créer un lien durable avec le public, qu’il s’agisse des fidèles ou de nouvelles personnes anciennes ou jeunes.

Il y a une vraie demande pour que le foyer du cinéma propose un espace cafétéria. Un véritable lieu d’échange, où les spectateurs pourront se restaurer, boire un verre, parler de films et de cinéma, dans une ambiance chaleureuse.







Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s